La collecte intelligente des déchets : un projet smart toujours gagnant !

Vendredi 3 mars 2023
La collecte intelligente des déchets :  un projet smart toujours gagnant !

Un Français produit près de 5 tonnes de déchets par an, dont la majorité est enfouie ou incinérée. . En plus de l’absence de recyclage de ces déchets s’ajoutent les nuisances sonores et le CO2 émis par leur collecte.

Comment les villes peuvent-elles faire bon usage de la technologie des objets connectés (IoT) pour mieux gérer la production et le traitement des déchets sur leur territoire ?

Pourquoi une gestion intelligente des déchets ?

Pour l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), « le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas ». Depuis 2007, la production de déchet par habitant a diminué de 4.6% grâce notamment à la prévention, à la réutilisation, au recyclage etc. La tarification incitative pour financer la collecte par les collectivités a également permis un acte de tri plus efficient pour les ménages. Enfin, l’obligation du tri des déchets pour les entreprises a amorcé une nette tendance à la diminution des quantités de déchets envoyés en centre d’enfouissement.

Dans le prolongement de ces efforts, le recours aux technologies intelligentes dans les services publics déployés au sein d’une smart city peut favoriser les économies d’énergie tout en offrant une meilleure qualité de vie aux habitants.  Il s’agit de solutions de tri des déchets qui offrent une réduction de l’empreinte environnementale conséquente pour les collectivités ayant mis en œuvre de telles solutions.

Limiter l’impact environnemental

La production de déchets et leurs modes de gestion, en particulier les procédés d’élimination (incinération, enfouissement), contribuent aux rejets dans l’environnement de substances potentiellement dangereuses (boues, lixiviats…),. A contrario, 23 millions de tonnes de CO2 sont évitées annuellement grâce au recyclage.

Diminuer le coût de la collecte

Estimé à près de 100€ par habitant par l’ADEME en 2018, le coût de la gestion des déchets connaît aujourd’hui une forte augmentation, particulièrement sous l’effet de la hausse de la taxe de gestion des activités polluantes (TGAP) basée sur la quantité de déchets enfouis.

Améliorer le cadre de vie

L’amoncellement de déchets sur la voirie généré par les grèves des éboueurs dans certaines villes françaises en 2021 (Toulouse, Marseille en particulier) ou résultant d’une gestion laissée à l’économie « informelle » (l’exemple napolitain) suffisent à démontrer l’importance d’une gestion rationalisée de l’enlèvement des ordures ménagères pour les riverains et le cadre de vie.

4 solutions smart au service de la gestion des déchets repérées dans des collectivités françaises

Rennes : des smart trucks recueillent en temps réel des data sur l’enlèvement des ordures ménagères

Développés par le groupe Suez, la métropole bretonne a testé en 2019 deux camions intelligents pour collecter les déchets. Ces engins peuvent mesurer le niveau de bruit ambiant, analyser la qualité de l’air, évaluer l’état des routes sur lesquelles ils circulent – voire le niveau de déperdition en énergie des bâtiments en vue d’établir la carte thermique de la ville.

Les données recueillies en temps réel par les camions grâce à des systèmes informatiques embarqués concernent tous ces domaines de la vie quotidienne pour répondre aux besoins des habitants : tranquillité, qualité de l’air, consommation d’énergie.

La collecte des données permet aussi de réduire le coût du service : équiper les camions en GPS et les bacs de puces permet d’ajuster les fréquences de passage en fonction du remplissage des bennes et de leurs localisations. Moins de kilomètres sont effectués pour un résultat optimisé : seuls les bacs pleins sont ramassés.  Ainsi, la ville réalise des économies de carburant, d’heures de travail et de CO2 émis à la clé.

Eco-quartier de Clichy-Batignolles (Paris) : la collecte pneumatique pour limiter les inconvénients liés au transport

Dans le cadre d’une opération de rénovation urbaine dans un quartier du nord parisien, la ville de Paris a fait le choix de la collecte pneumatique. Les riverains ont accès aux bornes de collecte par un système de badges. Lorsque les bornes sont pleines, des capteurs déclenchent automatiquement la collecte par aspiration : les déchets circulent à 70 km/h en souterrain jusqu’au terminal de collecte. Ils sont ensuite automatiquement orientés dans le bac idoine par un système d’aiguillage.

Cette technique offre l’opportunité de supprimer la circulation des camions-bennes dédiés au ramassage des déchets en porte-à-porte et de supprimer les conteneurs à déchets sur le domaine public et leurs nuisances sanitaires.

Saint-Hilaire-de-Riez (Vendée) : associer le retrait des poubelles des rues à la tarification incitative pour améliorer le tri des déchets

En mars 2018, la municipalité de la commune vendéenne a tenté une opération originale : supprimer les poubelles publiques (« opération Zéro poubelles ») pour sensibiliser les administrés, les vacanciers, les entreprises et les commerçants à trier pour réduire le taux de déchets produit dans la commune.

18 points d’apport volontaire ont remplacé les poubelles pour les déchets recyclables. Le dépôt des ordures ménagères est conditionné à la validation d’un badge disponible sur inscription en mairie. Ce dispositif permet de mettre en œuvre la tarification incitative, où les habitants paient en fonction de la quantité de déchets produits.

Des bacs connectés pour améliorer et faciliter le recyclage

A Nice, une expérimentation a visé à équiper 20 bacs de collecte de codes-barres pour scanner les emballages, afin d’indiquer si le contenant est jeté dans la borne appropriée. Ce dispositif a pour objectif de réduire les erreurs de tri et d’améliorer le taux de déchets recyclés sur la métropole méditerranéenne.

A Chinon, le passage aux conteneurs de collecte en 2019 a été accompagné d’une montée en gamme technologique. Les bacs de collecte distribués aux foyers de la ville sont équipés de puces, qui permet d’être reliés à une adresse. Celles-ci permettent de mesurer la quantité de déchets produite par les habitants et de mettre en place une tarification incitative.

Les acteurs et les objets nécessaires à la collecte des déchets constituent autant d’opportunités pour délivrer de précieuses informations et déployer des solutions smart. Mises en œuvre de façon graduelle et accompagnée, elles peuvent apporter une contribution décisive à la réduction de la production des déchets ainsi qu’à l’amélioration de leur collecte et de leur valorisation.

Sécurité, propreté, éducation : comment les villes répondent-elles aux attentes des citoyens ?

Tranquillité publiqueQualité de vie

Qu’il s’agisse de mieux répartir leur budget ou de sécuriser leurs rues, les villes qui ont à cœur de répondre aux attentes de leurs citoyens doivent se pencher sur les technologies des smart…

Tranquillité publique
Qualité de vie

Projet de décret QAI : vers une modification des mesures dans les ER

Qualité de vie

Nous passons la plupart de notre temps dans un espace clos, au travail, à la maison ou à l’école. Voilà pourquoi la qualité de l’air des bâtiments est devenue un enjeu majeur de santé publique.…

Qualité de vie

Comment la smart city lutte contre le bruit ?

Qualité de vie

Un sondage TNS-SOFRES publié en janvier 2021 démontre que les nuisances sonores touchent plus de 50% de la population française. En ville, les bruits liés à la circulation routière causent de…

Qualité de vie